HISTORIQUE

La Station Thermale possède plusieurs sources, la source César est la première à être découverte en 1822, puis la Grande Source en 1844. Cette dernière grâce à un débit élevé permet immédiatement d'envisager une exploitation à grande échelle.

En 1845 Buchetti et Lhuer, premiers concessionnaires des Eaux de Royat, chargent l'architecte départemental du Puy de Dôme Agis Ledru d'élever un établissement confortable et digne de ce nom. Les travaux se déroulent de 1852 à 1856. La façade totale atteint plus de 80 mètres. L'édifice se compose d'un corps de bâtiment flanqué de deux galeries se terminant par un pavillon.

En moins d'un demi-siècle, la Station Thermale acquiert l'infrastructure nécessaire à son bon fonctionnement.Toute une architecture se développe afin d'accueillir comme il se doit l'aristocratie et la bourgeoisie du monde entier.

En 1862, la visite de Napoléon III et l'Impératrice Eugénie donne une caution officielle au renouveau thermal de Royat/Chamalières. Pour l'occasion, la grande source est rebaptisée du nom de l'Impératrice.

De nombreux aménagements, agrandissements et restructuration se succèdent jusqu'à nos jours. On peut notamment citer l'extension des Thermes par Louis Jarrier en 1913/1914. Il conçoit à ce moment deux ailes de styles italianisant. Quelques années plus tard les trois grandes verrières du pavillon central sont ornées d'un vitrail figuratif signé par les "Entreprise Damon, Paris"

En 1938, La Régie des Eaux devient Municipale, et malgré les aléas de l'histoire la station de Royat/Chamalières reste fortement marquée par le thermalisme et n'a de cesse d'évoluer. Aujourd'hui pas moins de 9 000 curistes fréquentent chaque année la cité thermale pour des affections rhumatologiques et les maladies cardio-artérielles.

La buvette
hall des thermes
Hall des thermes